juillet 22, 2021

COVID-19 ralentit la propagation du choléra dans la région de l’Est

Par admin2020


Le Dr Arko Akoto-Ampaw, directeur médical de l’hôpital régional de l’Est, a déclaré que la pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’importance de l’hygiène personnelle, qui a contribué à prévenir les maladies infectieuses et hydriques comme le choléra.

Il a déclaré que malgré les conséquences dévastatrices de la pandémie de coronavirus sur la santé personnelle et les infrastructures de santé, elle avait considérablement contribué à ralentir la propagation du choléra dans la Région.

Le Dr Akoto-Ampaw contribuait à une table ronde sur « garder le Ghana propre » lors d’un dialogue sur l’assainissement organisé par le Graphic Communications Group Limited (GCGL), en collaboration avec Zoomlion Ghana à Koforidua.

Le GCGL a lancé une campagne nationale de sensibilisation à l’assainissement en avril 2021, appelant à une application stricte des règlements en matière d’assainissement ainsi qu’à nommer et humilier les contrevenants à l’assainissement.

La campagne a été menée dans les régions Ashanti et Volta et dernièrement dans la région de l’Est pour dialoguer avec les parties prenantes, y compris les autorités locales/traditionnelles et le public, afin de trouver des solutions durables aux problèmes d’assainissement du Ghana, en particulier dans les capitales.

“Avant COVID-19, il n’y avait pas de lavage des mains, pas de distanciation sociale ou de désinfection des mains… l’organisme du choléra ne peut pas survivre sous le lavage des mains et la désinfection. Cela a aidé à contenir le choléra et d’autres maladies, nous devons donc tous observer les protocoles », a déclaré le Dr Akoto-Ampaw.

Bien qu’il n’ait pas fourni de statistiques pour étayer son commentaire, il l’a attribué à la disponibilité de services et de produits d’hygiène et d’assainissement durables, empêchant l’épidémie potentielle de choléra dans les communautés les plus vulnérables.

Cela, a-t-il dit, était dû à l’accès à l’eau potable, aux installations sanitaires de base, aux services de lavage des mains, y compris au savon et à l’eau et aux désinfectants pour les mains à base d’alcool, ainsi qu’à l’augmentation de l’engagement et de la sensibilisation de la communauté pour améliorer les pratiques d’hygiène personnelle.

La Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont recommandé la fourniture de ces services dans les établissements de santé, les écoles, les lieux de travail, les stations de transport et d’autres lieux de rassemblement public.

Ceci est également souligné par les objectifs de développement durable des Nations Unies dans l’objectif trois (assurer une vie saine et le bien-être pour tous) et l’objectif six (accès à l’eau et à l’assainissement pour tous).

Le Dr Akoto-Ampaw a déclaré que l’assainissement restait vital pour la santé et l’allongement de la durée de vie et, par conséquent, a appelé tous à prendre l’hygiène personnelle au sérieux.

Il a averti que les cas de COVID-19 étaient toujours en augmentation et a encouragé les gens à toujours faire le nécessaire en respectant tous les protocoles préventifs, en disant; “Ceux d’entre nous dans les hôpitaux voient plus de cas de COVID.”

Daasebre Prof Oti Boateng, l’Omanhene de la zone traditionnelle de New Juaben, a appelé à l’implication des communautés dans la lutte contre le problème d’assainissement du Ghana afin de garantir des solutions à long terme pour le contrôle des maladies et l’accès universel à l’eau potable.

« De telles interventions sociales inclusives et durables offrent la meilleure stratégie pour déplacer rapidement le Ghana au-delà de la couverture d’assainissement stagnante et abyssale améliorée de 15 % à un seuil plus souhaitable et acceptable », a-t-il ajouté.

M. Kobby Asmah, rédacteur en chef du Daily Graphic, a déclaré que le GCGL avait déclaré 2021 « Année de l’assainissement » et se concentrait sur la mise en place d’une campagne intensive pour garantir que le public adhère aux bonnes habitudes et pratiques d’assainissement.

“De toute évidence, il y a un problème avec le traitement de la saleté dans le pays, et pour garder le Ghana propre, il faudra toutes les mains sur le pont”, a-t-il déclaré.

“Chacun a la responsabilité de s’assurer que son environnement est toujours propre.”



Source link