juillet 22, 2021

Prévisions SGS : marge d’Ebit attendue en ajustement de 15,1% au premier semestre

Par admin2020


Genéve (awp) – Le spécialiste de l’inspection et de la certification SGS publie lundi 19 juillet ses résultats au premier semestre 2021. Trois analystes se sont penchés pour AWP sur la question des prévisions:

S1 2021E
(en %)                  cons. AWP   S1 2020A

marge Ebit ajustée         15,1       12,5    

FOCUS: SGS s’est fixé des objectifs de croissance ambitieux pour les prochaines années. Les recettes semestrielles devraient être un premier indicateur, même si en raison de l’effet de base lié au coronavirus, il faut s’attendre à un net rebond de la croissance, alors que les résultats devraient connaître une amélioration encore plus marquée.

OBJECTIFS: à l’occasion de sa journée des investisseurs fin mai, SGS a levé le voile sur sa feuille de route pour les prochaines années. A l’horizon 2023, le groupe genevois vise un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 6-9%, ainsi qu’une progression du résultat opérationnel (Ebit) ajusté d’au moins 10% par année.

L’entreprise a confirmé dans la foulée ses objectifs pour l’exercice en cours, à savoir, une croissance organique “robuste” corrigée des effets de la Covid-19, ainsi qu’une amélioration de la marge Ebit ajustée. Le dividende est quant à lui appelé à s’étoffer, ou tout du moins rester stable.

La direction entend continuer d’investir dans son coeur de métier, y compris moyennant des acquisitions. “Les actionnaires n’ont pas à craindre un choix entre investissements, acquisitions et rémunération”, a assuré le directeur général (CEO) Frankie Ng en juin dans une interview, même s’il ne faut pas s’attendre à des rachats ou des fusions d’envergure.

POUR MÉMOIRE: confirmément à sa stratégie, SGS a procédé à plusieurs acquisitions complémentaires. Début juin, le groupe a annoncé la reprise du français Metair Health & Hygiene Testing, un laboratoire de prélèvement et d’analyse d’amiante dans l’air qui emploie une vingtaine de collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 2,3 millions d’euros l’année dernière.

En mai, c’était au tour de la société néerlandaise Brightsight, active notamment dans les tests de sécurité pour les cartes bancaires, les terminaux et systèmes mobiles de paiement, de terminer dans l’escarcelle du géant genevois.

Début mai, le groupe avait fait main basse sur l’intégralité de The Lab Asia, une société spécialisée l’inspection des métaux et actif dans le secteur de la construction, des autoroutes et l’ingénierie, dont il détenait une 51% depuis 2016. Basé à Hong Kong, The Lab Asia compte quelque 300 collaborateurs et a généré en 2020 l’équivalent de 14,6 millions de francs suisses de chiffre d’affaires.

En février, SGS s’est emparé du français Autoscope/CTOK, une entreprise spécialisée dans les contrôles techniques automobiles. L’an dernier, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 700’000 euros.

Fin mai, la presse espagnole s’était fait l’écho de rumeurs de l’intérêt de SGS pour l’espagnol Itevelesa. Le cas échéant, il s’agirait d’une transaction conséquente, ce dernier employant quelque 1300 personnes, pour un chiffre d’affaires annuel de plus de 90 millions d’euros.

En mars, SGS s’est vu confronté à des accusations de corruption. Dans le cadre d’un procès devant le tribunal du travail à Genève, un ancien cadre de l’entreprise avait dénoncé un “vaste système de corruption”, selon la Sonntagszeitung, en référence notamment à des contrats gouvernementaux avec l’Albanie, l’Ouganda et le Kenya.

COURS DE L’ACTION: depuis l’automne 2020, la nominative SGS a connu une tendance à la hausse quasiment ininterrompue. La performance de 9,7% depuis le début deévoll’année reste cepedant légèrement inférieure à celle de la moyenne du marché (+11,9%). Actuellement, le titre évolue juste en dessous de son plus haut historique.

site web : www.sgs.ch

jg/mk/buc/jh



Source link