août 5, 2021

La première résolution des Nations Unies sur la perte de vision évitable ouvre la voie à une action concrète sur la santé oculaire

Par admin2020


Le Centre international de santé oculaire (ICEH) basé à la London School of Hygiene & Tropical Medicine se joint à la communauté de la santé oculaire pour célébrer l’adoption de la première résolution des Nations Unies sur la perte de vision évitable. Les 193 pays de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) ont adopté aujourd’hui à l’unanimité la résolution, qui fixe les objectifs de santé oculaire que les membres doivent atteindre d’ici 2030.

La résolution fait suite à la publication du Lancet Santé Mondiale Commission sur la santé oculaire mondiale en février 2021, qui a souligné qu’il y a 1,1 milliard de personnes vivant avec une perte de vision évitable dans le monde. Il a également montré que l’amélioration de la santé oculaire est essentielle aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Cette dernière résolution reconnaît l’effet de la réduction de la santé oculaire sur bon nombre des principaux ODD, y compris ceux relatifs à la pauvreté, à l’emploi et à la durabilité, et appelle également à inclure des objectifs pour les soins oculaires dans les ODD eux-mêmes.

Le professeur Matthew Burton, directeur de l’ICEH et coprésident de la Commission, a déclaré : « Les preuves ont montré que la déficience visuelle a des effets néfastes sur la santé, le bien-être et le développement économique. Ceci malgré le fait que 90 % des pertes de vision pourraient être évitées. ou traités avec des interventions existantes et très rentables. Cette résolution franchit une étape importante en reconnaissant que l’amélioration de la santé oculaire peut accélérer la réalisation des objectifs de développement durable. L’accord d’aujourd’hui est essentiel pour les centaines de millions de personnes vivant inutilement avec une perte de vision traitable, la voie à une action réelle sur la santé oculaire pour l’avenir.”

Les recherches de la Commission ont montré que la perte de vision coûte à l’économie mondiale 411 milliards de dollars, ce que cette nouvelle résolution cherche à résoudre, créant des attentes pour les institutions financières internationales et les donateurs de fournir des financements ciblés, en particulier pour aider les pays à revenu faible et intermédiaire à lutter contre la vue évitable perte.

La résolution reconnaît en outre des domaines clés liés à la santé oculaire, notamment le vieillissement en bonne santé, le handicap et l’équité entre les sexes, l’accord appelant les Nations Unies à intégrer la santé oculaire dans tous ses projets, notamment par le biais de l’Unicef ​​et d’ONU-Femmes.

Il a été estimé que sans action urgente, 1,8 milliard de personnes vivront avec une déficience visuelle non traitée d’ici 2050. Cette nouvelle résolution fournit un cadre d’amélioration à l’échelle mondiale, mais un engagement continu des gouvernements et des institutions internationales est nécessaire pour garantir l’accès aux soins pour tous.

Professeur Matthew Burton, directeur de l’ICEH



Source link