septembre 15, 2021

Décret exécutif d’urgence 239 | Ville de New-York

Par admin2020


14 septembre 2021

Télécharger le décret d’urgence 239

ATTENDU QUE la pandémie de COVID-19 a gravement affecté la ville de New York et son économie, et n’est traitée efficacement que par une action conjointe de la ville, de l’État et des gouvernements fédéral ; et

ATTENDU QUE l’état d’urgence pour faire face à la menace et aux impacts de COVID-19 dans la ville de New York, d’abord déclaré dans le décret exécutif d’urgence n° 98, et prolongé plus récemment par le décret exécutif d’urgence n° 228, reste en vigueur ; et

ATTENDU QUE des raisons supplémentaires pour exiger le maintien des mesures dans le présent décret sont énoncées dans le décret exécutif d’urgence n° 228 ;

MAINTENANT, PAR CONSÉQUENT, conformément aux pouvoirs qui me sont conférés par les lois de l’État de New York et de la ville de New York, y compris, mais sans s’y limiter, la loi exécutive de New York, la charte de la ville de New York et le code administratif de la ville de New York, et l’autorité de common law chargée de protéger le public en cas d’urgence :

Section 1. J’ordonne par la présente que la section 4 de l’ordonnance exécutive d’urgence n° 228, datée du 25 août 2021 et prolongée en dernier lieu par la section 1 de l’ordonnance exécutive d’urgence n° 237 soit remplacée dans son intégralité par les dispositions de la section 2 de la présente ordonnance .

§ 2. a. Le programme énoncé dans cette section sera connu sous le nom de programme « Key to NYC ».

b. J’ordonne par la présente que, sauf dans les cas prévus à la sous-section c du présent article, une entité couverte ne permet pas à un client, un employé à temps plein ou partiel, un stagiaire, un bénévole ou un entrepreneur d’entrer dans un local couvert sans présenter une preuve de vaccination et d’identification. portant les mêmes informations d’identification que le justificatif de vaccination.

c. J’ordonne par la présente que les personnes suivantes soient exemptées de cet article et puissent donc entrer dans un local couvert sans présenter de preuve de vaccination, à condition que ces personnes portent un masque facial en tout temps lorsqu’elles sont incapables de maintenir une distance de six (6) pieds d’autres personnes à l’intérieur des locaux couverts :

  1. Les personnes entrant dans un but rapide et limité (par exemple, utiliser les toilettes, passer ou récupérer une commande ou un service, changer de vêtements dans un vestiaire ou effectuer les réparations nécessaires) ;
  2. Un artiste du spectacle non résident qui n’est pas régulièrement employé par l’entité couverte, ou un individu non résident accompagnant un tel artiste du spectacle, alors que l’artiste du spectacle ou le particulier se trouve dans un local couvert aux fins de la représentation de cet artiste ; et
  3. Un athlète professionnel/une équipe sportive non résidente qui n’est pas basée à New York (c’est-à-dire qui n’est pas une « équipe d’accueil » de la ville de New York), ou une personne non résidente accompagnant cet athlète professionnel/une telle équipe sportive, qui pénètre dans un local couvert dans le cadre de son emploi régulier aux fins de la compétition des athlètes professionnels/équipes sportives.
  4. Une personne de 12 ans ou plus qui pénètre dans un local couvert pour participer à un programme scolaire ou parascolaire offert par une école maternelle à la douzième année, une école publique ou non publique, le Département de la jeunesse et du développement communautaire ou une autre ville agence.

ré. Je demande par la présente à chaque entité couverte de développer et de conserver un dossier écrit décrivant le protocole de l’entité couverte pour la mise en œuvre et l’application des exigences de cette section. Un tel dossier écrit doit être disponible pour inspection à la demande d’un fonctionnaire de la Ville, tel que permis par la loi.

e. J’ordonne par la présente à chaque entité couverte d’afficher un panneau dans un endroit bien en vue qui est visible par les clients potentiels avant d’entrer dans l’établissement. Le panneau doit alerter les clients sur l’exigence de vaccination dans cette section et les informer que les employés et les clients doivent être vaccinés. Le ministère de la Santé et de l’Hygiène mentale (« DOHMH ») déterminera le texte d’un tel panneau et fournira un modèle sur son site Web qu’une entité couverte pourra utiliser. Une entité couverte peut utiliser le panneau disponible en ligne sur nyc.gov/keytoNYC, ou utiliser son propre panneau, à condition que son panneau ne mesure pas moins de 8,5 pouces sur 11 pouces, avec un texte fourni par le DOHMH dans une police d’au moins 14 points.

F. Aux fins du présent arrêté :

  1. « Entrepreneur » désigne le propriétaire ou l’employé de toute entreprise qu’une entité couverte a embauchée pour effectuer des travaux dans un local couvert.
  2. « Entité couverte » désigne toute entité qui exploite un ou plusieurs locaux couverts, à l’exception du fait qu’elle n’inclut pas les écoles et programmes publics et non publics de la prématernelle à la douzième (12), les lieux de culte, les programmes de garde d’enfants, les centres pour personnes âgées, centres communautaires, ou autrement indiqué par le présent arrêté.
  3. « Lieux couverts » désigne l’un des emplacements suivants, sauf dans les cas prévus au sous-paragraphe (iv) du présent paragraphe :
    1. Divertissements intérieurs et paramètres récréatifs, y compris les parties intérieures des lieux suivants, quelle que soit l’activité dans ces lieux : cinémas, salles de concert ou de musique, divertissements pour adultes, casinos, jardins botaniques, lieux d’événements commerciaux et de fêtes, musées, aquariums, zoos, arènes sportives professionnelles et salles stades, centres de congrès et salles d’exposition, hôtels de réunion et espaces événementiels, théâtres d’arts de la scène, pistes de bowling, arcades, aires de jeux intérieures, salles de billard et de billard et autres centres de jeux récréatifs ;
    2. Services alimentaires intérieurs, y compris les parties intérieures des établissements de restauration proposant de la nourriture et des boissons, y compris toutes les salles à manger intérieures des établissements de restauration qui reçoivent des notes alphabétiques telles que décrites à l’article 81.51 du Code de la santé ; entreprises exploitant des aires de repos intérieures dans des aires de restauration; les établissements de restauration qui fournissent de la nourriture à l’intérieur de ses locaux ; et toute partie intérieure d’un établissement réglementé par le Département de l’agriculture et des marchés de l’État de New York proposant des aliments pour la consommation intérieure sur place. Les exigences du présent arrêté ne s’appliquent pas à un établissement offrant de la nourriture ou des boissons exclusivement pour la consommation à l’extérieur ou à l’extérieur, ou à un établissement de restauration fournissant uniquement des services alimentaires de bienfaisance, comme les soupes populaires ;
    3. Gymnases intérieurs et paramètres de remise en forme, y compris les parties intérieures des gymnases et centres de fitness indépendants et hôteliers, des gymnases et des centres de fitness dans des établissements d’enseignement supérieur, des studios de yoga/Pilates/barre/danse, des gymnases de boxe/kickboxing, des camps d’entraînement de fitness, des piscines intérieures, du CrossFit ou d’autres box pliométriques, et autres installations utilisées pour donner des cours de conditionnement physique en groupe.
    4. Les « locaux couverts » ne comprennent pas les lieux de culte ou les emplacements dans un immeuble d’habitation ou de bureaux dont l’utilisation est limitée aux résidents, propriétaires ou locataires de cet immeuble.
  4. « partie intérieure » ​​désigne toute partie d’un local couvert avec un toit ou un surplomb qui est entouré d’au moins trois murs, sauf que ce qui suit ne sera pas considéré comme une partie intérieure : (1) une structure sur le trottoir ou la chaussée si elle est entièrement ouvert du côté faisant face au trottoir; et (2) une structure de salle à manger extérieure pour les fêtes individuelles, comme un dôme en plastique, si elle est suffisamment ventilée pour permettre la circulation de l’air.
  5. « Non-résident » désigne toute personne physique qui n’est pas un résident de la ville de New York.
  6. « Mécène » désigne toute personne âgée de 12 ans ou plus qui fréquente, entre, assiste à un événement ou achète des biens ou des services dans un local couvert.
  7. « Identification » désigne un document officiel portant le nom de la personne et une photo ou sa date de naissance. Les exemples de pièces d’identité acceptables incluent, sans s’y limiter : le permis de conduire, la carte d’identité gouvernementale pour non-conducteur, l’IDNYC, le passeport et la carte d’identité scolaire.
  8. « Preuve de vaccination » désigne une preuve de réception d’au moins une dose d’un vaccin COVID-19 autorisé pour une utilisation d’urgence ou autorisé pour une utilisation par la Food and Drug Administration des États-Unis ou autorisé pour une utilisation d’urgence par l’Organisation mondiale de la santé. Cette preuve peut être établie par :
    1. Une fiche de vaccination du CDC COVID-19 ou un dossier de vaccination officiel de la juridiction, de l’État ou du pays où le vaccin a été administré ou une photo numérique ou physique d’une telle carte ou dossier, reflétant le nom de la personne, la marque du vaccin et la date d’administration ; ou
    2. Un New York City COVID Safe Pass (disponible en téléchargement sur les smartphones Apple et Android) ; ou
    3. Un laissez-passer Excelsior de l’État de New York.

g. J’ordonne par la présente que chaque cas où une entité couverte omet de vérifier le statut vaccinal d’un individu constitue une violation distincte de cette section.

h. J’ordonne par la présente à la Commission des droits de l’homme de la ville de publier des directives pour aider les entités couvertes à se conformer à cette section de manière équitable, conformément aux dispositions applicables de la loi sur les droits de l’homme de la ville de New York.

je. J’ordonne par la présente, conformément à l’article 25 de la loi exécutive, que le personnel de tout organisme qui pourrait être désigné ci-après par le Commissaire à la santé et à l’hygiène mentale applique les directives énoncées dans le présent article.

j. (1) J’ordonne par la présente que toute personne ou entité qui a enfreint les exigences du programme Key to NYC sera passible d’une amende, d’une pénalité et d’une confiscation d’au moins 1 000 $. S’il est déterminé que la personne ou l’entité a commis une violation subséquente du présent article dans les douze mois suivant la violation initiale pour laquelle une pénalité a été imposée, cette personne ou entité est passible d’une amende, d’une pénalité et d’une confiscation d’au moins 2 000 $. Pour chaque violation par la suite, cette personne ou entité sera passible d’une amende, d’une pénalité et d’une confiscation d’au moins 5 000 $ si la personne ou l’entité a commis la violation dans les douze mois suivant la violation pour laquelle la deuxième pénalité a été imposée. Le présent article peut être appliqué en vertu des articles 3.05, 3.07 ou 3.11 du Code de la santé et des articles 558 et 562 de la Charte.

(2) Je suspends par la présente : (i) l’annexe 7-A du chapitre 7 du titre 24 des règles de la ville de New York dans la mesure où cela limiterait une violation de la présente section à être punie d’une pénalité standard de 1 000 $ ou une pénalité par défaut de 2 000 $; et (ii) l’article 7-08 de ce chapitre 7 et l’article 3.11 du Code de la santé, dans la mesure où ces dispositions limiteraient à 2 000 $ le montant de la pénalité par défaut pouvant être imposée pour une infraction au présent article.

k. Les entités couvertes doivent se conformer aux autres directives émises par le DOHMH pour promouvoir l’intention de cette section et augmenter le nombre de personnes vaccinées dans la ville.

l. L’article 20-1271 du Code administratif de la ville de New York est modifié en ajoutant la disposition suivante à la définition de « juste cause » : Nonobstant toute disposition du présent chapitre, un employeur de restauration rapide est réputé avoir une juste cause lorsqu’un l’employé de la restauration rapide n’a pas fourni la preuve de vaccination requise par un décret d’urgence émis en réponse à la pandémie de COVID-19 et ne sera pas tenu de suivre des procédures disciplinaires progressives avant de licencier l’employé, à condition que l’employé ait 30 jours à compter de la date à laquelle l’employeur a avisé l’employé de l’obligation de présenter une telle preuve et l’employé est mis en congé à la suite de cet avis jusqu’à ce que cette preuve soit fournie. Cette disposition ne dispense pas l’employeur de sa responsabilité de fournir un aménagement raisonnable lorsque la loi l’exige.

§ 3. Le présent arrêté d’urgence prend effet immédiatement.

Bill de Blasio,
MAIRE



Source link