octobre 14, 2021

Nouvelles des foyers de maladie : Fièvre jaune – Venezuela (République bolivarienne du) (13 octobre 2021) – Venezuela (République bolivarienne du)

Par admin2020


Le 1er octobre 2021, le point focal national RSI (PFN) pour le Venezuela a signalé sept cas humains confirmés de fièvre jaune qui ont fait l’objet d’une enquête entre le 23 et le 24 septembre 2021. Les sept cas ont été confirmés par amplification en chaîne par polymérase transcriptase inverse (RT-PCR) à l’Institut national d’hygiène Rafael Rangel. Six des sept cas signalés n’ont pas été vaccinés. Parmi ceux-ci, trois étaient asymptomatiques et quatre ont développé des signes et symptômes entre le 20 et le 24 septembre, tous présentaient de la fièvre et un des cas présentait également des maux de tête, des douleurs rétro oculaires, des arthralgies et une éruption cutanée. Le lieu probable de l’infection était une localité paroissiale rurale, au sud de la municipalité de Maturín dans l’État de Monagas, qui se trouve dans la région nord-est du Venezuela. Le premier cas signalé était une jeune femme enceinte ayant des antécédents de vaccination contre la fièvre jaune. Sur les six cas restants, cinq étaient des hommes et avaient entre 24 et 82 ans. À ce jour, aucun décès n’a été signalé parmi les cas confirmés.

De plus, entre le 11 août et le 1er octobre 2021, 10 épizooties chez des primates non humains (PNH) ont été signalées au Venezuela dans le cadre de la surveillance nationale de routine. Sept épizooties ont été localisées dans l’état de Monagas (dans les communes de Maturin et Aguasay (à 70 km de la commune de Maturin) et trois dans l’état d’Anzoátegui (commune de Freites, à 159 km de la commune de Maturin). Deux des épizooties ont été confirmées en laboratoire par RT-PCR à le Laboratoire National de Référence (LNR) tous deux signalés dans l’État de Monagas et huit (cinq à Monagas et trois à Anzoátegui) ont été confirmés par un lien épidémiologique (étant donné la relation spatio-temporelle avec les épizooties confirmées en laboratoire). 150 km de la zone urbaine de Maturín dans l’état de Monagas.

Réponse de santé publique

Les autorités sanitaires nationales et locales du Venezuela mettent en œuvre des mesures de santé publique, notamment :

  • Renforcement de la surveillance à la fois chez l’homme et les PSN.
  • Renforcement du diagnostic de laboratoire pour l’homme et les PSN.
  • Renforcement de la surveillance entomologique ainsi que de la lutte antivectorielle en milieu urbain.
  • Augmentation de l’indice aedique dans les communautés prioritaires, en mettant l’accent sur les zones géographiques d’endémie des arbovirus.
  • Capture de vecteurs sylvatiques pour identification de l’espèce et étude virologique.
  • Renforcement des protocoles de prise en charge des cas et de l’organisation des établissements de santé.
  • Déploiement et déploiement de la vaccination avec le vaccin contre la fièvre jaune dans le pays. Dans le cadre du plan de riposte à l’épidémie de fièvre jaune, un total de 24 772 doses ont été administrées dans les municipalités d’Aguasay, Maturín, Santa Bárbara, Ezequiel Zamora et Cedeño de l’État de Monagas, atteignant une couverture de 68,3%, cette activité a été menée dans le cadre de la campagne de vaccination dans les communes prioritaires depuis le 1er novembre 2020 qui continue de s’intensifier depuis la survenue d’épizooties dans les États de Monagas et d’Anzoátegui.
  • Depuis le 11 août 2021, des activités visant à intensifier la vaccination ont commencé dans l’État de Monagas (municipalité de Marutín) et l’État d’Anzoategui (municipalités de Guanipa, Simón Rodríguez et Anaco) et se poursuivent toujours.
  • Un suivi rapide de la couverture vaccinale est en cours dans les zones où des épizooties ont été confirmées.
  • Renforcement des activités de contrôle des Aedes aegypti infestation, en tant que vecteur possible dans les zones urbaines.
  • Stratégies de communication des risques.

Évaluation des risques par l’OMS

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë causée par le virus de la fièvre jaune (YFV) et est transmise par des moustiques infectés des genres Hémagogus et Sabethes, ainsi que les espèces de moustiques urbains Aedes aegypti. La fièvre jaune infecte les humains et les primates non humains (PNH) et a le potentiel de se propager rapidement et d’avoir de graves répercussions sur la santé publique des populations non immunisées. La vaccination est le moyen le plus important de prévenir l’infection car la maladie peut être prévenue avec une seule dose de vaccin contre la fièvre jaune qui confère une immunité à vie. Bien qu’il n’y ait pas de traitement spécifique, des soins de soutien pour traiter la déshydratation, l’insuffisance respiratoire et la fièvre et un traitement antibiotique pour les infections bactériennes associées peuvent réduire la mortalité et sont recommandés. Les cas virémiques doivent rester sous les moustiquaires pendant la journée pour limiter le risque de propagation à d’autres par les piqûres de moustiques, et les stratégies de lutte antivectorielle peuvent compléter en particulier pendant les épidémies.

Le Venezuela est considéré comme à haut risque de fièvre jaune avec transmission endémique du virus et est un pays prioritaire pour la stratégie mondiale d’élimination des épidémies de fièvre jaune (EYE). La couverture vaccinale est sous-optimale, ce qui crée un risque élevé de transmission ultérieure et d’amplification de la fièvre jaune parmi les populations non vaccinées.

L’augmentation du nombre de cas humains et d’épizooties depuis août 2021, est préoccupante en raison de la persistance d’une forte circulation virale. Depuis novembre 2020, lorsque la campagne de vaccination a commencé dans les États prioritaires, une couverture vaccinale de 82 % a été atteinte, avec cinq des 10 États avec une couverture de 100 % (Amazonas, Apure, Delta Amacuro, Sucre et Táchira). Les cinq autres États varient en termes de couverture vaccinale (Anzoátegui 97,2%, Guárico 95,5%, Bolívar 78,9%, Monagas 67,7% et Zulia 44,7%). L’État où l’épidémie s’est produite, l’État de Monagas, a une faible couverture vaccinale, ce qui suggère qu’une population importante reste à risque avec la nécessité d’intensifier les communications sur les risques parmi les groupes à haut risque.

Malgré les efforts importants déployés pour vacciner une grande partie de la population, le nombre croissant de cas humains et la persistance et la propagation géographique des épizooties parmi les PSN illustrent le risque potentiel de propagation supplémentaire dans les zones où la couverture vaccinale contre la fièvre jaune est faible. Une attention particulière devrait également être accordée aux groupes à risque spécifiques et aux minorités ethniques. Il existe depuis longtemps un schéma de mouvements de populations autochtones à travers les frontières entre les implantations de la même culture, y compris vers la Trinité-et-Tobago voisine. Selon l’Organisation internationale pour les migrations[i], le flux de personnes Warao quittant leurs villages du Venezuela vers le Brésil, la Guyane et peut-être vers le Suriname a considérablement augmenté depuis 2017 et a persisté pendant la pandémie de COVID-19.

L’État de Monagas et les gouvernements au niveau national ainsi que l’équipe de terrain de l’OPS/OMS ont mené des activités pour intensifier la surveillance parmi les PSN et les populations entomologiques, ainsi que la lutte antivectorielle dans les zones urbaines. Cependant, la surveillance épizootique et entomologique doit être renforcée dans les zones touchées et environnantes où des cas humains ont été détectés.

L’épidémie de fièvre jaune au Venezuela survient dans le contexte d’une situation majeure et complexe, qui comprend la pandémie de COVID-19. La pandémie crée un risque de perturbation de l’accès aux soins de santé en raison des charges liées au COVID-19 sur le système de santé, du manque d’agents de santé et de la diminution de la demande de vaccination en raison des exigences de distanciation physique ou de la réticence de la communauté.

La capacité des laboratoires locaux et des laboratoires de référence nationaux peut également être compromise en raison de la demande accrue de traitement des échantillons de COVID-19. Au 13 octobre, le Venezuela a signalé 384 668 cas de COVID-19 et 4 634 décès, et figure actuellement parmi les huit pays avec le plus grand nombre de nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures dans la Région des Amériques.

Toutes les régions et territoires endémiques et à haut risque de fièvre jaune connaissent également une transmission continue du SRAS-CoV-2, l’ajout du virus de la fièvre jaune en tant que virus cocirculant pourrait poser un défi supplémentaire pour la gestion des cas et les activités de contrôle des infections et de prévention s’il y avait un épidémie de fièvre jaune à grande échelle au Venezuela ou dans les pays voisins.

L’OMS continue de surveiller la situation épidémiologique et d’examiner l’évaluation des risques sur la base des dernières informations disponibles.

  • [i] L’OIM et le Brésil lancent une enquête nationale sur les peuples autochtones du Venezuela. Disponible à: https://bit.ly/3msPZeT

Conseils de l’OMS

Les cas de fièvre jaune signalés illustrent l’importance de maintenir la sensibilisation à la nécessité de la vaccination contre la fièvre jaune, en particulier dans les zones endémiques à haut risque avec un écosystème favorable à la transmission de la fièvre jaune.

La vaccination est le principal moyen de prévention et de contrôle de la fièvre jaune. La couverture vaccinale devrait être augmentée en particulier chez les personnes vivant et travaillant dans les zones forestières, qui sont exposées pendant la journée aux vecteurs sylvatiques (Haemagogus spp et Sabethes spp). La couverture vaccinale devrait également être augmentée parmi les populations autochtones, les migrants et autres populations vulnérables qui vivent souvent dans des zones urbaines densément peuplées (avec un risque de transmission locale urbaine via Aedes agyepti) ou participer à des activités en milieu forestier (avec un risque de cas sporadiques ou de regroupement en contexte sylvatique).

L’OMS recommande la vaccination contre la fièvre jaune pour tous les voyageurs internationaux âgés de plus de 9 mois au moins 10 jours avant le voyage au Venezuela (voir carte ici). Le Venezuela ne demande pas de certificat de vaccination pour les voyageurs entrants.

La vaccination contre la fièvre jaune recommandée par l’OMS est sûre, très efficace et offre une protection à vie. Conformément au RSI (2005), troisième édition, la validité du certificat international de vaccination contre la fièvre jaune s’étend à la vie de la personne vaccinée avec un vaccin approuvé par l’OMS. Une dose de rappel du vaccin approuvé contre la fièvre jaune ne peut pas être exigée des voyageurs internationaux comme condition d’entrée.

L’OMS a publié principes directeurs pour les activités de vaccination pendant la pandémie de COVID-19 et directives opérationnelles pour la conduite de campagnes de vaccination de masse dans le contexte de la COVID-19. La stratégie EYE promeut le maintien et l’amélioration de la vaccination contre la fièvre jaune de tous les enfants éligibles dans les services de routine et soutient les campagnes pour les populations à grande échelle si nécessaire conformément aux directives de l’OMS pour la mise en œuvre dans COVID-19.

L’OMS encourage ses États membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour tenir les voyageurs bien informés des risques et des mesures préventives, y compris la vaccination. Les voyageurs doivent également être informés des signes et symptômes de la fièvre jaune et être invités à consulter rapidement un médecin lorsqu’ils se présentent avec l’un d’entre eux. Les voyageurs de retour infectés (virémiques) peuvent présenter un risque d’établissement de cycles locaux de transmission de la fièvre jaune dans les zones où un vecteur compétent est présent.

L’OMS ne recommande aucune restriction sur les voyages et le commerce au Venezuela sur la base des informations disponibles sur cet événement.

Plus d’informations

Cadre d’aide à la décision : mise en œuvre de campagnes de vaccination de masse dans le contexte du COVID-19

XXVIe réunion du Groupe consultatif technique (TAG) de l’OPS sur les maladies évitables par la vaccination. Les vaccins nous rapprochent, 14-16 juillet 2021Fiche d’information de l’OMS sur la fièvre jaune

Stratégie de l’OMS pour la préparation et la riposte à l’épidémie de fièvre jaune

OMS Liste des pays avec des exigences de vaccination et des recommandations pour les voyageurs internationaux

Stratégie mondiale de l’OMS pour éliminer les épidémies de fièvre jaune (EYE) 2017-2026

Diagnostic en laboratoire de l’OPS/OMS de l’infection par le virus de la fièvre jaune

OMS Conseils aux voyageurs

Mise à jour quotidienne COVID-19 – Région des Amériques

Rapport annuel 2020 | Coopération en santé – OPS/OMS au Venezuela

Venezuela – juin-juillet 2021 – Statut du cluster : Santé | Rapports de situation numériques

Trinité-et-Tobago — Surveillance de la présence des citoyens vénézuéliens, série 3 (décembre 2020)



Source link